Sonder le fond au feeder : une technique trop souvent négligée !

Pêcher sur le fond n'implique pas de se ficher dudit fond. En effet, combien de fois un changement de distance n'a pas débloqué une pêche ? La question est de se demander pourquoi et comment. J'ai une partie de la réponse : vous ne connaissiez probablement pas la nature et la forme du fond ! Alors, que faire ? Pêcher en aveugle ou voir où l'on va faire son coup ? Mon choix est clair, je sonde, pardi ! 
Je vais vous expliquer les 2 techniques que j'utilise avec réussite depuis des années : l'une est manuelle, analogique, l'autre est numérique. Et elles se combinent avec bonheur !

L'importance du fond

Ignorer le fond peut et va vous faire passer à côté de belles journées au bord de l'eau. De même, ignorer le comportement du poisson rendra la pêche encore plus mystérieuse et imprévisible qu'elle ne l'est. Tout est lié. Un excellent pêcheur n'a pas que de la chance. Il a surtout des connaissances et de l'expérience. C'est en allant pêcher qu'on apprend, à condition d'analyser correctement nos erreurs et en se posant les bonnes questions. Mettez de côté tous les pseudos secrets de pêche, ils n'ont jamais existé. Les bonnes questions sont pour moi : 
  • Ai-je proposé aux poissons ce qu'ils voulaient manger ? 
  • Ai-je pêché au bon endroit ? 
  • Mon matériel était-il adapté ? 
  • Autrement dit : que faisait le poisson et où était-il ?
Selon le poisson recherché, les postes ne seront pas les mêmes et pour déterminer quel poste pêcher, il faut sonder. De la pêche au coup et à l'anglaise j'ai appris qu'il fallait le faire avec précision pour savoir où pêcher et, donc, où amorcer (on amorce là où on pêche et pas le contraire !), afin de prendre le poisson de la manière la plus efficace. Eh bien, au feeder, c'est la même chose !



Profondeur et relief du fond

Le sondage vous permet tout d'abord de connaitre la profondeur et le relief du fond. Vous n'êtes pas sans savoir que le poisson aime bien les reliefs (entre autres pour se protéger du courant et éviter de dépenser son énergie pour rien) : les pentes douces, les changements rapides de fond (cassures), les gros cailloux, les hauts-fonds, les bordures en pente, les chenaux, les trous. Selon la saison, vous ne trouverez pas les poissons aux mêmes endroits. 
Quand il mange, le poisson se place aux endroits où la nourriture risque d'être plus abondante : 
  • Cela peut être un haut fond dans un étang, un lac ou une rivière
  • Une veine de courant plus profonde en rivière est excellente. Cette dernière ne l'est parfois que de 10 ou 20 centimètres, mais c'est suffisant pour faire la différence. 
  • Les trous sont potentiellement très propices à condition que ce ne soient pas des gouffres. Là aussi, 10 à 30 centimètres de différence sont bien suffisant.
  • Les cassures en fleuve et en canal sont toujours bonnes
Mais, attention, pêcher dans une pente abrupte n'a pas souvent de sens au feeder. De même, en rivière, pêcher en amont d'un gros rocher ne vous rapportera pas grand chose, alors qu'en aval, ce sera nettement meilleur.
Donc, moralité : pensez comme un poisson ! Vous voudrez donc bien manger sans trop dépenser d'énergie. Trouvez le poste qui répond à cela et vous ferez une bonne pêche.

La nature du fond

Un sondage permet ensuite de connaître la nature du fond : gravier, pierres, vase, couverture végétale, présence d'algues, etc.
Rien ne vaut la tresse pour repérer la nature du fond : un plomb tombant sur du roc (dur, son sec), du gravier (mi-dur, son moins sec) ou de la vase (molle, son amorti) ne renvoie pas la même sensation. Le son passera bien mieux via une tresse tendue que par un nylon plus ou moins élastique.
Pour ce qui est des plantes et des accrocs, trainer votre plomb sur le fond là où vous allez pêcher. Choisissez un coup plutôt libre. Quelques mètres-carrés suffisent pour réussir.


Les 2 techniques de sondage

Elles ne s'opposent nullement et, justement, se complètent : là où la technique classique et les observations de l'eau ont leurs limites, le sondeur électronique vient à la rescousse. Et, si ce dernier ne vous dit pas tout, votre observation de l'eau vous permettra de deviner certains obstacles (remous en aval d'une grosse pierre, sens du courant, etc.).
 

A l'ancienne

Cette méthode est très répétitive, mais vous verrez que ma technique est facilement applicable : 
Vous lancez à une distance X : cette distance est le coup le plus éloigné que vous pensiez pêcher
  1. Bloquez le fil dans le line clip et marquez le fil avec un marqueur indélébile
  2. Relancez jusqu'à arriver dans le line clip et gardez la ligne tendue dès que le feeder touche la surface de l'eau, c'est fondamental
  3. Comptez mentalement : 1, 2, 3, 4, 5, ..., toc (le feeder touche le fond)
  4. Relancez 1 fois en amont de 2-3 mètres, puis 1 fois en aval de 2.3 mètres
  5. Comptez à chaque lancer
  6. Maintenant, rebobinez de 3-5 tours de manivelles et bloquez le fil dans le line clip
  7. Recommencez la procédure du point 1 au 5
Et ainsi de suite, jusqu'à ce que vous trouviez le ou les bons "spots" à pêcher !

Je vous conseille de compter vite et régulièrement, soit 2 points par seconde (1..2 (1sec)..3..4 (2sec)..5..6 (3sec).. ). Cela augmentera votre précision et vous permettra de déceler les différences de fond de 20-40cm.

Afin de vous laisser le temps de compter, adaptez le poids du feeder lors du sondage : léger dans peu d'eau, plus lourd dans des fonds importants.

TRUC UTILE : les marques vendent souvent des nylons "feeder" de couleur sombre. Ce n'est pas très pratique pour les colorer au marqueur. Pour ma part, j'utilise 2 nylons clairs : le Shimano Technium Invisitec et le MS Range Pro Feeder, qui est orange et absolument excellent (En vente ici : http://boilieman.nl/fr/produit/ms-range-pro-feeder-line-orange-et-coulant/ )


Au sondeur électronique


J'avoue que j'en suis un grand partisan. J'ai découvert ces petits sondeurs il y a longtemps déjà, mais ce n'est qu'il y a quelques années que j'en ai acheté un (Le Humminbird Smartcast RF25, dont les sonars jaunes sont devenus introuvables et le changement de la pile réclame du matériel utilisé en électronique ... à oublier), puis je suis passé à du matériel plus exotique : le WOL13 d'origine incertaine (Russe ?), mais qui fait très très bien son travail et est économique (65€). Il est en vente ICI sur http://www.dx.com
L'outil n'est pas parfait, mais il fait ce pour quoi je l'ai acheté :
  1. Donner une idée juste du fond (rien à redire, ça fonctionne bien)
  2. Donner la température de l'eau (Nickel, surtout en hiver)
  3. Avoir une portée de 40-50 mètres (certains sur dx.com captent jusqu'à près de 100m)
  4. Avoir des piles interchangeables tant sur le récepteur que sur le sonar
  5. Être bien étanches
  6. Parfois repérer le poisson (pas très fiable, ni utile pour moi)
Son utilisation est très simple, hormis le fait qu'il soit en Anglais (très basique), et les symboles utilisés sont normalisés. Donc, pas de souci !

La procédure est simple :
  1. Accrochez le sonar à votre ligne
  2. Démarrez le récepteur
  3. Lancez et faites voyager le sonar où vous voulez connaître le fond (amont-aval en rivière, mais aussi en le ramenant pour trouver la forme du fond sur la largeur du lit)
  4. Marquez le nylon, là où le fond convient à votre pêche
J'utilise cette technique surtout en rivière à courant rapide, quand je pêche le barbeau ou le chevesne. C'est hyper pratique pour rapidement trouver un bon "spot" quand on pêche en semi-itinérant.


Conclusion : Et le sens de l'eau, dans tout ça ?

Votre sens de l'eau est là pour vous guider et vous permettre de prendre des décisions tactiques. Regardez l'eau, les mouvement de poissons, analysez les données que les sondages vous ont fournis et faites des choix dans les postes selon les conditions. Il n'y a pas de secrets, mais bien des constatations liées à votre expérience. Mais cela dit, pour nourrir cette dernière, il vous faudra des données et des faits. Alors, sondez et prenez plus de poissons !