MyMenu2

jeudi 26 juin 2014

Guide de survie du pêcheur par fortes chaleurs

S'il y a bien une chose que je supporte peu, c'est d'être en plein soleil. Pour ceux qui me connaissent, mon bronzage style "witloof" (blanc comme un "chicon" en français de Wallonie et "endive" chez nos amis Français de France), mes cheveux blond-vénitien et mes yeux clairs ne me disposent pas vraiment à affronter les affres du beau temps. Cependant, un coup de chaud peut arriver même aux plus sudistes d'entre vous. Veillez à ne pas vous laisser prendre !

vendredi 13 juin 2014

La pêche à l'anglaise au waggler - les notions de base

Voici un article sur la pêche au waggler que j'ai écrit il y a presque 12ans ... un peu vintage, mais toujours utile !



La Pêche à l’Anglaise

Première partie

Après le feeder, je m’attaque à une technique qui me tient particulière­ment à cœur : la pêche à l’anglaise au waggler. Peu pratiquée dans nos régions, cette technique procure pourtant de grandes satisfactions à celui qui voudrait faire l’effort de la maîtriser. Elle n’est pas des plus simple, mais j’espère, grâce à ces deux articles, vous permettre d’éviter les erreurs majeures que vous pourriez commettre et vous faire goûter aux plaisirs des pêches fines et lointaines. Suivez le guide !



Lors de mes débuts au waggler, j’ai commis de très nombreuses erreurs. Pourtant, malgré les emmêlements, j’ai persévéré. Il est nécessaire, pour partir du bon pied à l’anglaise, d’oublier une partie de nos habitudes de pêcheurs au coup. Il faut égale­ment éviter de tomber dans le pan­neau des gadgets inutiles, voire né­fastes, tels que les ligatures en coton servant à stopper les flotteurs coulis­sants. Elles se bloquent lamentable­ment dans les petits anneaux de la canne et empêchent donc de lancer. Vous allez me dire que je radote, mais, encore une fois, je le répète : «de la simplicité !».

Cet article va me permettre de passer en revue le matériel requis pour prati­quer en toute quiétude cette merveil­leuse technique tant adaptée à nos darses, étangs, lacs, rivières et ca­naux. On peut, en effet, utiliser un waggler dans de très nombreuses situations (bien plus que l’on imagine classiquement : j’ai pris des barbeaux dans l’Ourthe de cette manière !).

mercredi 11 juin 2014

Le choix d'une canne au feeder - notions avancées et dernières mises à jour

Depuis l'introduction de la pêche au feeder dans nos contrées, on peut dire que beaucoup d'eau est passée sous les ponts. J'ai 2 constatations. La première est d'ordre général et la seconde est plus dirigée vers les pêcheurs de ma région, la Wallonie :
  1. Le matériel a évolué énormément depuis les années 90 et pas seulement qu'au niveau des matériaux employés, mais bien des actions, des longueurs et des puissances
  2. La Wallonie se prête parfaitement bien à la pratique du feeder, mais il semble que beaucoup de mes compatriotes préfèrent se plaindre que la "flotte" ne fonctionne plus si bien que de tenter l'expérience du feeder. A leur décharge, il est malheureux de constater que le choix en matériel feeder proposé par les magasins du Sud du pays est terriblement pauvre. Ils n'ont rien et ne semblent pas ou peu vouloir changer la donne. Les gars, il faut évoluer ! La pêche a changé et nous nous devons de nous adapter, car, même au feeder, les pêches ne sont plus si simples : merci l'état physique pitoyable de nos rivières (béton, canalisation, rectification, ...), les cormorans (qui profitent de la canalisation), les corbicules (palourdes asiatiques, qui filtrent excessivement les matières nutritives présentes dans l'eau), les gobies et la pollution.  
On pêche au feeder des poissons qu'on n'aurait pas imaginés prendre avec cette technique et elle s'est introduite dans toutes nos eaux, du fleuve puissant au petit étang calme. Cette diversification a pour conséquence l'augmentation des types de cannes. En effet, la distance de pêche possible va de la longueur d'une canne à plus de 100m, les poids employés peuvent varier de 5 à 250g et les poissons peuvent être petits ou très gros. Il n'existe pas de canne à tout faire, car, à l'impossible, nul n'est tenu !
Il n'est pas dans ma volonté de vous faire acheter toutes ces cannes, mais selon les conditions que vous rencontrez habituellement, sachez choisir celle ou celles qui vous conviendront. 

mercredi 4 juin 2014

Choisir son moulin pour la pêche au feeder

La pêche au feeder n'est pas monolithique. Il y a de nombreuses techniques et conditions de pêche différentes et je ne pourrai trop souvent le dire : le matériel doit suivre. Il est en effet absurde de vouloir utiliser 1 seule canne et 1 seul moulin pour tout faire. C'est certes possible, mais la plupart du temps, le pêcheur risque de ne pas avoir le bon outil en main. Le matériel le plus extrême sera celui qui sera le moins polyvalent. Comment en effet pêcher le petit gardon en canal calme avec une canne extra-heavy munie de scions de minimum 3oz, faite pour les forts courants et lancer jusqu'à 180g ? Vous ne sentirez rien. De même, un fleuret pour le winkler-picker sera totalement inopérant si vous devez pêcher un fleuve puissant et profond. A la limite, une canne medium-heavy (100g) sera un choix intéressant pour aller un peu partout, mais sera incapable de pêcher très lourd et très loin.
Mais pourquoi diable vous parle-je de cannes, alors que le titre vous indique clairement qu'on doit discuter de moulinets ? C'est pourtant simple. Imaginez un moulinet de taille 1000 sur une énorme canne de Meuse. Il n'y a que chez les animaux (et les humains) que les petits mâles aiment les grandes femelles. Et inversement, un énorme moulin sur une toute petite canne, ça ne fonctionne pas non plus. Il faut du matériel é-qui-li-bré !