Le method feeder - 2e partie : tactique, amorce, esches et conclusion

Parler de matériel (La 1e partie est ICI), c'est bien, mais la tactique, c'est mieux. En effet, si c'est votre préparation technique qui vous aidera à pêcher dans les meilleures conditions et à ne pas perdre votre temps, c'est bien votre approche de la pêche qui vous fera prendre du poisson.
Que la question de l’œuf et de la poule ne vous taraude pas l'esprit, car tout est dans tout. Voici une méthode que j'applique partout : 



  1. Soyez prêts techniquement et physiquement (précision du lancer, matériel en ordre, repos et concentration)
  2. Préparez votre pêche (questions aux pêcheurs du coin)
  3. Allez tremper votre ligne (la partie la plus importante, car ce n'est qu'au bord de l'eau qu'on apprend à pêcher, qu'on développe son sens de l'eau)
  4. Analysez les résultats, refaites des tests, puis ...
  5. Adaptez votre matériel et préparez-vous au mieux
Cette méthode fonctionne partout. Cependant, elle n'est pas magique et vous ne serez jamais bons la première fois, tout au mieux corrects. Ce n'est qu'en pêchant plusieurs fois un plan d'eau que vous saurez quoi y faire pour l'exploiter au mieux. Enfin, votre expérience générale vous permettra d'appréhender de mieux en mieux les nouvelles places ! 
Pour tout vous dire, j'ai un souvenir frustrant de mon premier concours dans le lac de Warfaaz : je n'avais pas mal pêché, mais j'étais un peu à côté de la cible, terminant juste après le premier tiers du classement. J'en ai tiré des conclusions, j'ai adapté mon matériel et affiner ma tactique et, à mon deuxième concours, je gagnais avec 8kg d'avance ! Progresser, c'est comprendre pourquoi cela a ou non fonctionné et y apporter des solutions. Pour ce faire, il est important que nous repassions en revue les fondamentaux : précision, distance, choix du poste et de l'amorce. 

Distance et choix du poste

 

Précision, line clip et marqueur de couleur

Si pêcher des carpes et de des brèmes demande à ne pas trop limiter la surface de votre coup (comment grouper de gros poissons sur un timbre poste ?), il faut néanmoins pêcher précis et savoir regrouper le poisson pour déclencher la concurrence alimentaire.
De ce faire, le line clip joue un grand rôle d'un point de vue de la distance de pêche. Il permet :
  1. D'assurer la précision longitudinale
  2. D'éviter de lancer trop loin, sur la berge ou dans un arbre
Depuis un peu plus d'un an, j'utilise des moulinets MAP et Wychwood, munis du line clip ACS, et j'avoue que ce système surpasse toutes les autres techniques (line clip classique, élastique, etc.), qui me semblent désormais bien archaïques.

En quelques mots, vous déterminez la distance par quelques lancers successifs : 
  1. Le premier lancer ne doit pas être trop près de l'objectif, dire de ne pas s'y accrocher
  2. Si vous tombez à 7-8 mètres de la cible, tendez votre ligne, canne en place sur le repose-canne, puis ajoutez +/- 5 mètres de bannière et bloquez le nylon dans le line clip
  3. Lancez et répétez l'opération jusqu'à ce que vous arriviez à la bonne distance.
  4. Attention : un feeder plein tendra plus la canne et la ligne qu'un vide et, si vous pêchez à ras d'un obstacle, tenez-en compte pour vos réglages en enlevant 50cm de bannière.
  5. Enfin, quand votre feeder arrive "dans le line clip", faites en sorte que la canne soit plutôt verticale et ne descende pas plus bas qu'un angle de 60 degré : le choc sera mieux encaissé, mais, surtout, la bannière sera bien placée pour mettre la canne presque parallèle à la berge, sans devoir bouger le method. C'est très important. En effet, si vous abaissez la canne jusque dans l'eau devant vous, il vous manquera 2 ou 3 mètres de bannière, afin de placer la canne sur ses repose-cannes. Le risque est de déplacer le feeder et de ne plus du tout pêcher au bon endroit.

Ensuite, j'aime marquer mon nylon avec un marqueur de couleur pour repérer la distance, et ce pour 2 raisons :
  1. Cela me permettra de revenir à la distance d'origine, après avoir essayé ailleurs
  2. Cela me permettre de retrouver la bonne distance si j'ai dû rendre du nylon à un gros poisson
C'est plus rapide que de mesurer de nouveau à l'aide des 2 piquets. Or, gagner du temps, c'est pêcher plus et se donner plus de chance d'avoir des touches !

On ne bouge plus !

Demandez à Tom Pickering ce qu'il en pense et il vous répondra ceci : "Don't move the feeder !" (1'53" de la vidéo ci-contre). Le method feeder distribue les esches de manière bien plus précise et concentrée qu'un feeder classique. De plus, le bas de ligne utilisé ne fait jamais plus de 12.5cm. Enfin, tant les carpes que les brèmes viennent au bruit et il est fondamental qu'elles trouvent leur nourriture là où le bruit les a menées.
Autrement dit, il est nécessaire de ne plus bouger le method de place, dès qu'il a touché le fond. 
Alors, ne vous pressez pas pour tendre la ligne et soyez doux. Une tension minimale est requise et on peut même se permettre de pêcher avec une bannière légèrement détendue. La touche est de toute manière violente, vu le montage utilisé.

Changer de distance

Je viens de vous dire qu'il ne fallait pas bouger et c'est vrai. Cependant, il faut parfois savoir aller chercher le poisson là où il se cache et changer la distance de pêche. Vous devez rester précis dans votre changement. Mais, au fait, quelle distance devez-vous choisir ?

Pêcher loin, la solution ?
En compétition, on n'a heureusement pas (encore) décidé d'interdire de pêcher à moins de 15 mètres. Je dis que c'est heureux, car obliger les gens à pêcher nécessairement loin est vraiment stupide, comme si vous deviez uniquement pêcher à 13m avec votre longue canne de 13m. L'esprit du feeder est d'aller pêcher à n'importe quelle distance et à n'importe quelle profondeur, pas de prendre des décisions restrictives. Pour vous en convaincre, voici un film avec Steve Ringer, champion du monde 2014, qui pêche la carpe au feeder à 5-6 mètres du bord : 


Donc, ne vous gênez surtout pas et pêchez là où le poisson se trouve, qu'il soit loin ou tout près et n'hésitez pas à pêcher "dans vos pieds" si les conditions le nécessitent. C'est ça, pêcher !

Recherchez les obstacles
En fait, recherchez tous les coups susceptibles d'intéresser les poissons : obstacles, pontons, roseaux, nénuphars, etc.
N'hésitez pas à pêcher à 20 cm des zones suivantes : 
  • Roseaux
  • Pontons de pêche
  • Berges verticales
  • Nénuphars
  • Émulseur
  • Arbres dans l'eau
  • etc.
Même s'il n'y a que 50 cm d'eau, ce sont des coups de premier choix, entre autres pour les carpes, qui aiment ce type d'endroit et peuvent se cacher à raz du bord. Le gros avantage du method par rapport au montage feeder classique et que l'esche est bloquée dans le method par de l'amorce et ne risque donc pas de s'accrocher lors du lancer. Cela vous permet de pêcher au plus près des obstacles, sans vous y accrocher !
Des postes typiques

D'autres postes, dont un très proche

Si vous n'avez pas d'obstacles visibles, cherchez les différences de fond, tactique des plus classique au feeder et qui marche forcément aussi au method. Les hauts-fonds et les trous fonctionnent toute l'année et il ne faut jamais hésiter à tester des solutions considérées comme contre nature, comme pêcher un haut-fond en hiver. Voici mon article expliquant comme sonder au feeder
Pensez comme les poissons et demandez-vous où vous aimeriez être et où vous trouveriez de la nourriture ou de la protection.

Passages de poissons dans la ligne : indication fiable !

Surtout en hiver, période durant laquelle les eaux sont froides et les poissons peu enclins à bouger, scrutez les mouvements de votre scion pour repérer les passages de poissons dans votre nylon. Cela vous permettra de les trouver et de pouvoir les prendre. Si vous n'avez aucune indications, changez de distance, voire d'orientation. Si, par contre, votre scion marque des contacts entre ligne et poissons, vous êtes au bon endroit.
Un dernier conseil, ne ferrez pas les passages dans la ligne, cela fera fuir les poissons !

Poissons qui disparaissent ?
Changez de distance de pêche (plus loin, plus près, à droite ou à gauche) ou d'esche, si les passages dans le nylon ne cessent pas. Parfois, quand le poisson est gavé, il suffit de passer à un plomb simple pour relancer la pêche.

Method et bombe simple
Passer d'un method feeder à un plomb (bombe) peut parfois débloquer la situation. Trop d'amorce et/ou trop de bruit peuvent être la cause de désaffection des poissons pour le method. Utilisez un plomb monté en coulissant, accompagné d'un bas de ligne de 20 cm est une technique d'une très grande discrétion. Vous pouvez également fronder des pellets de 6 à 10 mm sur votre coup. C'est particulièrement efficace en été, sur des carpes qui bougent beaucoup.


L'amorce et les esches

L'amorce et les pellets sont la base de l'amorçage au method et ne doivent jamais être négligés. Soit vous testez vous-même, soit vous vous renseignez, mais vous verrez qu'un plan d'eau réagit mieux avec l'un ou l'autre, ou encore un mix amorce-pellets et qu'il y a des changements au cours de l'année. Je vous avouerai néanmoins que pour les carpes et les brèmes, j'ai tendance à plutôt privilégier le pellet dans le doute.
N'oubliez pas non plus les additifs sucrés et salés, ainsi que les traçants, pour améliorer vos résultats, ça marche !

Farines vs pellets

Amorce classique
Les farines pour le method feeder sont généralement fines et poissonnées. La forte proportion de farine de poisson augmente le pouvoir attractif et nourrissant de l'amorce. Cette dernière aura une action plutôt lente et franchement horizontale, afin de ne pas disperser le poisson dans les couches d'eau et justement de le concentrer près de l'esche, présentée, je le rappelle, sur un bas-de-ligne de maximum 12,5cm.
Une bonne composition de base est la suivante :
  • 2 volumes de farine de pellets "poisson" clairs (les foncés sont très gras et ne collent pas aussi bien)
  • 2 volumes de BC collant fin
  • 2 volumes de biscuit collant
  • 1 volume de birdfood rouge et jaune
Lors de la mouille, vous pourrez incorporer des liquides sucrés, épicés ou salés à l'eau, à raison de 10% du volume total de liquide. J'utilise très régulièrement des soaks du Boilieman en Tutti Frutti, Maïs, GRR ou Krill. J'ai tendance à sucrer en période clémente et saler en hiver, mais le tutti frutti s'est montré efficace toute l'année.
L'amorce pourra également être colorée : plutôt foncée en hiver et claire en été. Le rouge et le vert sont des couleurs qui permettent une bonne discrétion. Pour une coloration au cœur des particules, je vous conseille de mélanger le colorant liquide (ceux utilisés par les carpistes sont très puissants et efficaces) à l'eau de mouillage. Testez les proportions et expérimentez, c'est le début de la réussite.
Par eaux troubles, n'hésitez pas à utiliser du jaune ou du très clair pour vous distinguer, alors que, par eaux très claires, une couleur sombre évitera de faire peur aux poissons.

Préparez les pellets
Je vous conseille d'utiliser des pellets plus clairs, comme les Coppens Premium, donc moins gras pour remplir vos method feeders. En effet, les pellets halibuts, très gras, ne collent pas bien vu leur taux d'huile. Vous pouvez par contre en ajouter jusqu'à 25% de mélange sans que cela ne gène. Dans un feeder cage, vous pouvez par contre mettre jusqu'à 100% de pellets halibuts humides, cela ne pose aucun problème.

Conseils
  1. Je mélange souvent les pellets de 1.5mm aux autres quand je veux augmenter le collant du mélange. En effet, vu qu'ils sont plus petits, ils vont plus profondément s'imbiber et coller fort. 
  2. Plus le pellets sont gros, plus longtemps vous devez les tremper : cependant, 2-3 minutes me semblent être la limite maximum pour des pellets en dessous de 4mm.
  3. Enfin, n'oubliez pas de drainer un maximum d'eau après avoir trempé vos pellets, sinon, vous allez obtenir un mélange trop pâteux !
Les pellets se désagrègent assez vite (ici enduit de Baitsmoke)



Baitsmoke et additifs
Depuis quelques mois, j'utilise très souvent le Baitsmoke Boilieman et je n'ai vraiment pas à m'en plaindre. Il crée un nuage jaune fluo persistant et a prouvé son efficacité sur les brèmes et les carpes en plan d'eau et dans les faibles courants. En effet, son but est de créer un nuage bien visible des poissons :
  1. En tombant dans l'eau (action verticale descendante)
  2. En étant remué par le poisson qui fouille (action verticale ascendante et horizontale)
En eaux calmes, son travail est simplifié, alors qu'en courant fort, comme dans les rivières typées à barbeau, son action est rendue très difficile voire impossible par le débit important. Il faudrait alors utiliser des quantités importantes et cela ne serait pas très rentable, comparé à du litou ou de la terre de somme.
Le Baitsmoke peut s’utiliser de plusieurs manières différentes :
  1. Comme glug sur les esches : c’est un smoke, donc il a un fort pouvoir collant et recouvre parfaitement les esches, qu’elles soient artificielles, végétales ou animales
  2. Comme glug sur le feeder : directement mis sur le feeder plein, l’action du Baitsmoke sera directe et formera une tache de couleur allant de la surface vers le fond. C’est utile quand il n’y a pas trop de fond (- de 2,5 mètres) et peu de courant. L’appel est rapide et se voit de loin.


  1. Comme additif dans l’amorce : j’aime beaucoup mélanger le Baitsmoke dans les esches que je vais mettre en sandwich dans mon feeder ou dans mes farines pour les imprégner durablement et faire une trace importante près du fond et quand le poisson fouille. J’utilise cette tactique partout, mais elle est très indiquée lorsque les fonds sont supérieurs à 2 mètres.

En eaux peu profondes au feeder, je combine les tactiques 2 et 3. En eaux plus profondes, je privilégie la tactique 3.

Par eaux froides, le métabolisme des poissons diminue et ils mangent moins. A la place de charger de gros feeders, utilisez un petit, mais renforcez son attractivité par du Baitsmoke. Le poisson en étang réagit très bien à la trace, mais ne risque pas d'être gavé.
En été, par contre, les poissons fouilleurs remuent beaucoup de fond pour trouver leur nourriture et repèrent les bons endroits en suivant les traces des autres. C'est ce qu'on appelle la concurrence alimentaire. 
Voici où trouver cet excellent liquide traçant :


Enfin, n'hésitez pas à mixer l'amorce avec les pellets ramollis
  • Sur les brèmes, ma préférence va vers un mélange 3/4 amorce et 1/4 pellets, vu que les gluantes aiment ça. Idem pour les tanches
  • Pour le gardon, une compo 100% amorce avec des graines cuites et des casters me plait mieux
  • Je préfère utiliser 100% de pellets pour les plus gros poissons. Cela m'est apparu plus sélectif 

Method et grandes distances (50 mètres +)
En réalité, à part l'utilisation d'une canne de plutôt 12 pieds, la pêche au method à longue distance ne change pas beaucoup. La seule grosse différence est la nécessité de mouiller un peu plus l'amorce et de coller les pellets un peu plus fort, et ce pour éviter à ces derniers de se détacher du feeder lors du lancer ou à l’atterrissage. Côté matériel, un moulinet 4 à 6000 semble indiqué, ainsi que du 22/100 et des hameçons plus fort de fer pour éviter les décrochages.

Les esches

En matière d'esche, soyez toujours prêts en emportant avec vous quelques esches, comme du maïs, des pellets durs, des expanders, des vers de terreau, des micro-bouillettes de toutes les couleurs et des asticots. Généralement, durant les journées faciles, vous n'aurez souvent besoin que d'une esche, alors que, durant les sessions difficiles, vous devrez tester et changer souvent d'appât à l'hameçon. 
L'asticot rouge et le maïs sont mes esches de départ toute l'année, suivis par les pellets. Par eaux froides ou troubles, les bouillettes de couleur vive (jaune, orange, voire rose fluo) se révèlent être très efficaces, surtout en pop-up.
Ne négligez surtout pas le vers de terreau, piqué à l'hameçon ou esché sur un cheveu, car il peut être redoutable et pas que dans des eaux froides et claires.

Le cheveu, mes deux fixations préférées (élastique et pushstop)
Au method, j'apprécie les fixations rapides et qui m'évitent de perdre du temps et sont fiables. Je n'en utilise plus que deux :
  1. L'élastique : les anneaux en latex de 4 ou 6mm ont ma préférence. Je les fixe à mon cheveu par une boucle. Je peux glisser une esche dans l'anneau, ou passer les esches sur une aiguille, accrocher l'anneau au crochet de cette dernière, bien le tendre, et passer l'esche sur le cheveu. Quand vous détendez l'anneau, il empêchera l'appât de quitter le cheveu. C'est très utile avec le maïs, le pâté de viande et toutes les esches un peu molles.
  2. Le Pushstop de Drennan : ma fixation préférée pour son efficacité et sa vitesse. Le pushstop nécessite un foret de 1,3mm pour préparer les esches les plus dures et une aiguille spéciale pour l'eschage.
Toutes les infos sur le montage des cheveux sont ici : A la pêche, soignez vos cheveux ! 

Esches dans l'amorce
Dans un method feeder, vous ne pourrez pas incorporez autant d'esches animales ou végétales que dans un cage feeder, c'est une évidence. Cependant, quelques grains de mains, quelques asticots morts ou des casters, ainsi que du vers de terreau haché trouveront bien leur place dans le fourrage du method. Vous devrez simplement y aller avec parcimonie, sinon, vous constaterez que le contenu de votre feeder part dans une autre direction que ce dernier.


Conclusion

Un gros article pour une technique efficace, c'est le moins que je pouvais faire. Pour le terminer, je n'ai que 2 conseils pour vous : premièrement, pêchez, pêchez et pêchez encore, c'est le seul moyen de bien maîtriser une technique ; deuxièmement, restez simples et évitez de vous compliquer la vie en essayant tous les nouveaux additifs. Si vous le faites, vous risquez de perdre le fil et de vous décourager.