J'ai testé pour vous : le moulin débrayable Daiwa Emcast BR 5000

De plus en plus, l'utilisation des moulins "baitrunner" (appellation Shimano) s'est imposée à moi. Cette fonctionnalité est plus qu'utile quand on pêche le gros poisson et qu'on n'est pas nécessairement à 3cm de sa canne. Je leur ai même trouvé pas mal d'avantage en pêche en mer, tant en bateau qu'à partir de la plage. En tout cas, pour le barbeau, je ne fais plus sans quand je pêche avec deux cannes.




Le Daiwa Emcast BR est un modèle moyen de gamme chez le fabriquant japonais. Il est fabriqué en Chine (je m'abstiendrai de parler de l'évidente influence des Nippons sur la Chine, ce n'est pas le sujet du jour). Vous devriez le trouver à moins de 100€, entre autres sur le net, et il est fourni avec 2 bobines en aluminium et 2 manivelles, ce qui est très rare. Cela dit, vous avez le choix entre une manivelle simple et longue, qui donne toute la puissance désirée et nécessaire, et une manivelle double, qui est trop courte et diminue le couple du moulinet, comme d'habitude. Cette dernière n'est pas mon choix, sauf à l'anglaise et avec des moulinets de baitcasting (tambour tournant).

Le look de l'Emcast BR est sobre et plutôt classe. Une très bonne chose pour la discrétion : il est noir mat et les bobines sont peu brillantes.

Le bâti en graphite jouit d'une bonne rigidité structurelle. Les roulements sont en nombre très suffisant (8) et, bien plus important, sont de bonne qualité. En effet, rien ne sert de mettre 25 roulements dans un moulin s'ils sont de piètre qualité. Mes Shimano en ont maximum 6 et cela tourne mieux que les productions de certaines marques qui se vantent d'en mettre le double dans leurs créations. Dans ce cas-ci, Daiwa me satisfait entièrement. Encore un bon point.

Le frein est également une très bonne surprise : il est progressif, puissant et ne présente pas de point dur. Du tout bon. Le système "Bite 'n' Run" (BR) est efficace et facile à régler. De plus, quand la manette de débrayage est abaissée, elle laisse apparaitre un logo phosphorescent. C'est une excellente idée quand on pêche la nuit ou par temps peu lumineux, pour éviter d'oublier de débrayer le frein.







J'ai tout de même deux critiques à l'encontre de la bête :
  1. Le système d'enroulement du fil est bon, sans plus, et est donc perfectible si l'on choisit de remplir la bobine avec de la tresse. Avec du nylon, c'est bien suffisant. Bon, je suis très difficile, mais cela ne vaut pas le Varispeed 2 de mes Shimano Symetre ou le superbe Aerowrap 2 de mes Ultegra.
  2. Si la manivelle simple est bien dimensionnée et faite en aluminium, la poignée est en plastique dur et ce n'est pas très qualitatif, ni très agréable à tenir. Cela dit, elle remplit  son travail avec efficacité et est solide. C'est le plus important.

Conclusion

J'ai beau avoir quelques critiques à propos du moulin, il n'empêche que j'apprécie énormément pêcher avec lui. Il est fiable et efficace. Il se fait complètement oublier en action de pêche et ne se rappelle à nous que pour mieux mettre ses qualités en avant. Je l'ai utilisé par tous les temps depuis plus de 6 mois et il tourne tout aussi bien qu'au premier jour. Je lui donne 4 étoiles sur 5.

Quelques chiffres

Poids : 502 grammes (vérifié sur ma balance électronique, avec la manivelle simple)
Roulements : 8+1
2 bobines en aluminium
Contenance : 310m de 35/100
2 manivelles (1 simple et 1 double)
Récupération : 86cm
Prix :  +/- 90€

 

Astuce technique

Les modèles 4500 et 5000 partagent le même corps et composants. Seules les bobines changent et sont compatibles.