Barbeaux, chanvre et pellets

Le barbeau est connu comme étant un poisson d'été. C'est un peu réducteur, car, en fonction de l'état des eaux, il peut être pêché jusqu'à la fermeture. Il est également connu pour sa défense. Sur ce point, sa réputation n’est pas usurpée et il reste l’un des poissons les plus agréables à prendre. 

Mise à jour du 27/07/2014

La récompense : un barbeau de plus de 3kg pris fin actobre 2012 avec une pellet 12mm (poisson)

 

Dans la Basse-Meuse, sa présence est en net recul depuis la suppression du barrage à Hermalle. Il y en a dans la Berwinne, ainsi qu’en aval du barrage de Lixhe (très peu, mais ils sont gros). De plus, les postes sont assez complexes à déterminer et la réussite plutôt aléatoire. La Berwinne a un autre problème : elle est considérée comme rivière à truite, alors qu’à Berneau, au moins, il y a un poste typique à barbeau. Enfin … Mes rivières de prédilection sont donc l’Ourthe et l’Amblève.

Le bon poste

C'est une zone plus profonde où le courant reste vif. Il est précédé d’un rapide qui lui assure une bonne oxygénation. Il peut également être un rétrécissement du cours de la rivière (d’où, plus de fond). Les fosses avec des contre-courants sont également bonnes.

Localiser un coup

La localisation des bons postes est simple, mais demandera de marcher un peu avant de s’installer. Voici comment faire :
1.   Repérez les maigres (zones où le courant s’accélère et le fond diminue) et les mouilles (zones plus profondes où le courant diminue). Dans les maigres, vous aurez du petit barbeau, chevesnes et des truites. Ce sont donc les mouilles qui vont nous intéresser.
2.   Repérez  les remous en surface : ils vont permettront d’évaluer la profondeur et de voir s’il y a des rochers ou des plantes sur le lit de la rivière (l’eau qui percute des obstacles « remonte » à la surface). Une eau bien brassée, mais assez plate est l’indicateur d’une profondeur d’1 mètre ou plus et c’est parfait pour le barbeau.
3.   N’oubliez pas qu’un bon poste vous permet de pêcher vers l’aval (on jette devant soi (voire légèrement en aval) pour pêcher franchement en aval … sinon, on accroche).
4.   Enfin, marchez et repérez les barbeaux en activité. C’est simple, ils sautent hors de l’eau et ce n’est pas discret.



Quand

En fait, on peut aller pêcher le barbeau de l’ouverture générale à la fermeture du 28 février (Ourthe, Amblève, Vesdre). Vous prendrez évidemment plus de poissons en été et en automne, mais l’hiver peut être très intéressant pour la capture des plus gros sujets.

Sur une journée, il y a également de meilleurs moments comme très tôt le matin ou tard le soir. Rappelons que seule la carpe peut se pêcher la nuit avec uniquement des appâts d’origine végétale.

Il y a pour moi des conditions meilleures que d’autres :
-   Les eaux hautes, mais pas ou peu teintées (décrue, …)
-   Luminosité pas trop agressive (ciel couvert avec éclaircies, …)
-   Température moyenne
-   …

et de moins bonnes :
-   Rivières en crue et eaux très teintées sont difficiles à pêcher, car elles demandent un matériel adapté, mais elles peuvent être excellentes pour les très, très gros barbeaux, mais pour les plus petits aussi
-   Eaux très basses
-   Temps très chauds
-   …

Un indice qui permet de savoir directement si la pêche va être bonne est la présence de barbeaux actifs. S’ils le sont en plein jour alors que la rivière est en crue, c’est bien, le poisson est roi et on doit s’adapter à ses caprices quand on est bon pêcheur.

Un joli barbeau de 71cm pris au pellet Elips 12mm


Comment

Quand vous aurez déterminé le lieu et le moment pour pêcher le barbeau, il ne vous «restera» plus qu’à passer à l’action. C’est souvent plus simple à dire qu’à faire, le moustachu n’étant pas toujours prêt à tout manger. Il arrive qu’on les prenne à tout ce qu’on veut et de la manière qu’on veut, mais, actuellement, la pêche devient de plus en plus difficile. Les barbeaux sont moins nombreux et ont de ce fait plus de temps pour examiner le coup. Alors que ma moyenne de prises par sortie était de 17 barbeaux en 2005, elle est tombée à 8 en 2009, année très sèche, certes, mais mes statistiques sont assez parlantes. La taille des poissons est par contre plus importante. Il me semble inquiétant de ne quasiment plus prendre des sujets de 25-30cm, qui sont l’avenir de la rivière.

ATTENTION
Je ne pourrai jamais assez vous demander de ne pas utiliser de bourriche et de remettre vos barbeaux directement à l’eau. Ainsi, ce poisson très sensible regagnera son élément rapidement et en parfaite santé.
Utilisez également des épuisettes larges, assez profondes et au filet doux. Évitez absolument les filets en nylon noué, pratiques pour les odeurs, mais qui blessent le poisson (filet très rugueux).
Ne prenez jamais le poisson dans un chiffon pour le décrocher, vous lui enlevez son mucus protecteur – ce qui équivaut pour un humain à lui enlever sa peau – mais décrochez-le dans l’épuisette. Il vous suffira ensuite de remettre l’épuisette dans l’eau et de la retourner pour relâcher votre prise. Si le barbeau ne repart pas directement, prenez le temps de le tenir droit dans la rivière pour qu'il se réoxygène. Ne le laissez partir que s'il a repris ses esprits et montre qu'il veut nager seul !

Le gros matériel

Le barbeau est bien connu pour ses démarrages en force et votre matériel devra être à la hauteur.

Le moulinet aura tout intérêt à être solide et à avoir un excellent frein. Un Shimano en taille 4000 (180m de 30/100) sera parfait pour ce travail.
La canne fera 3.60m de préférence et sera conçue pour le feeder. Son action doit être puissante, mais pas trop dure (110g ou Heavy). Des cannes spécifiques pour le barbeau existent et sont vraiment sensationnelles. Celles de la marque Shimano sont remarquables et faciles à commander (non, je ne suis pas sponsorisé et je n’ai pas reçu de dessous de table … Shimano a simplement une gamme au dessus de la moyenne et des prix des plus intéressants). Si vous ne voulez pas casser votre tirelire, la Vengeance Barbel, modèle VBPW (la plus puissante), est pour vous et est magnifique. Vous ne serez pas déçus !


Un pose-canne très stable et solide est de mise : la canne devra être disposée scion vers le ciel et ne pas tomber lors d’une touche (très violente, la plupart du temps). Un trépied pour le surfcasting me paraît être un choix judicieux et on en trouve de bons pour 30-40€.

Le petit matériel

Des feeders ouverts en plastique, des hameçons 8 à 12, du 25/100 comme corps de ligne et un bas de ligne en nylon de 20 ou 22/100 et c’est parti.

L’amorce et les esches

C’est là que ça se complique. J’ai deux tactiques distinctes :
1.        L’asticot pur collé dans un feeder cage (voir FP n° 187 et à voir ici : Le barbeau au feeder à l'asticot collé), technique hyper efficace pour prendre beaucoup de barbeaux, mais un peu moins sélective dans les tailles
2.        Le chanvre et les pellets, technique discrète et adaptée à la prise des plus beaux barbeaux
C’est de cette dernière manière dont je vais vous parler. Alors, de quoi avez-vous besoin ?
-          250g de pellets 3mm «poisson» (Halibut)
-          500g de chanvre cuit
-          Des pellets 6, 8 ou 12mm pour l’hameçon (celles au chanvre sont très efficaces)


Source : http://www.anglersmail.co.uk/uncategorized/diary-special-carl-alex-get-hooked-on-river-fishing/


Comment amorcer ?
Mettez les pellets de 3mm dans une boîte d’1 litre, mélangez-les à parts égales avec le chanvre légèrement égoutté. L’humidité du chanvre fera coller les pellets et vous pourrez remplir votre feeder ouvert sans que rien ne tombe.
Le reste de chanvre sera propulsé à la fronde sur le coup en respectant plus ou moins cette séquence (mais n’hésitez pas à moduler) :
  1. Lancez le feeder
  2. Après 5min, envoyez une pochée de chanvre à la fronde
  3. Après 5min, relancez le feeder
  4. Et ainsi de suite
Plus les poissons sont faciles, plus vous devez amorcer, plus ils sont timides et difficiles, plus vous devez ralentir votre rythme d’amorçage.

Quelques trucs :
Mon mélange pellets-chanvre ne colle plus assez ? Ajoutez un peu de jus de cuisson du chanvre.

Je ne sais comment mettre le pellet à l’hameçon ? Il existe de petits anneaux en latex chez votre détaillant. On dirait des cheveux de carpiste en caoutchouc.


J’ai du maïs et j’aimerais l’utiliser ? Très bonne idée ! Incorporez-le dans le mélange chanvre-pellets. Un beau grain rapporte souvent un barbeau qui, jusque là, boudait un bouquet d’asticots ou un beau pellet poisson.


Voilà, n’hésitez pas à aller tenter le coup sur une de nos belles rivières liégeoises, le barbeau est parfait pour passer une journée passionnante.
  
Jean-Noël Schmitz 
Publié dans le FP n°212